Nice ›

Publié le  - 75
Réagir Imprimer Envoyer Partager Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur Linkedin
share-logo
médias ›12
Titre Titre - 21086188.jpg
Nathalie Filippi, une Laurentine de 44 ans, enseignait l'espagnol depuis deux ans au collège La Bourgade de La Trinité.DR et Richard Ray
Partager

Nathalie Filippi, 44 ans, a mis fin à ses jours mercredi après avoir été convoquée par sa hiérarchie en vue d'un rendez-vous avec l'inspection académique.

Nathalie était belle, douce, cultivée. Elle était passionnée par son métier et adorait les enfants. Elle avait un fils de 15 ans, des parents et un homme qui l'aimaient. Elle avait tout pour être heureuse » énumère Serge Baillod, inconsolable depuis l'annonce du suicide par absorption massive de substance toxique de celle qui partageait sa vie depuis 6 ans.

Professeur non titulaire, cette Laurentine de 44 ans enseignait l'Espagnol au collège La Bourgade de La Trinité depuis 2 ans, ainsi qu'au collège René-Cassin de Tourrette-Levens.

« Que toute la lumière soit faite »

À La Bourgade, les parents d'élèves décrivent une jeune femme peu autoritaire qui rencontrait des difficultés avec un petit groupe d'élèves. Il y a quelques mois, l'un d'eux l'avait menacée avec une paire de ciseaux. Plus récemment un collégien avait jeté une chaise par la fenêtre avant de refuser d'assister au cours.

« Un professeur est là pour enseigner, pas pour faire la loi ni jouer le rôle des parents. Mais quand les gamins se comportent comme des voyous, on dit c'est la faute du professeur qui ne sait pas tenir sa classe ! » lâche Serge, amer.

« Mardi 7 mai, la direction l'a convoquée pour lui indiquer qu'elle recevrait la visite d'un inspecteur d'académie, soit disant pour lui apprendre à maîtriser ce genre d'élèves. Elle était très mal. Le soir, elle m'a dit : chouchou ils m'ont collé une inspection. J'ai perdu mon métier. Je ne résisterai pas, se souvient Serge. Elle était persuadée qu'elle allait être mise à la porte. Elle disait que ses supérieurs l'avaient traitée d'incapable ».

C'est également ce qu'elle écrit dans un courrier qu'elle prévoyait d'adresser au syndicat et que ses proches ont découvert dans ses affaires.

La direction de la Bourgade (1)est-elle responsable du suicide de l'enseignante comme le pensent Serge et François, le père de Nathalie qui souhaitent « se battre pour que cela n'arrive plus jamais » ?

Richard Ghis, secrétaire du SNES-FSU «refuse tout amalgame. Mais nous avons demandé que toute la lumière soit faite. Un suicide au sein de la communauté enseignante, c'est la première fois que ça arrive dans l'académie de Nice. L'enseignante était-elle fragile, avait-elle des soucis autres que professionnels ? s'interroge le représentant qui ajoute : Nous savions qu'il y avait des tensions au sein de cet établissement. Avec les élèves, avec la direction. À plusieurs reprises depuis la rentrée nous avons été alertés. Certains ne se sentaient pas soutenus par leur direction ».

Vendredi matin à La Trinité, les élèves et collègues de Madame Filippi étaient en état de choc à l'annonce de son décès. Les cours ont été supprimés et les collégiens qui le pouvaient renvoyés chez eux. Enseignants et syndicats se sont réunis toute la journée pour échanger.

Une cellule de soutien psychologique est prévue dès demain. En souvenir de leur professeur, les enfants de la Bourgade ont prévu de se rendre au collège une rose blanche à la main.


1. Contactés hier par nos soins, la direction de l'établissement, l'inspection académique et le rectorat n'ont pu être joints.

Le délai de 15 jours au-delà duquel il n'est plus possible de contribuer à l'article est désormais atteint.
Vous pouvez poursuivre votre discussion dans les forums de discussion du site. Si aucun débat ne correspond à votre discussion, vous pouvez solliciter le modérateur pour la création d'un nouveau forum : moderateur@nicematin.com

Vos derniers commentaires
12/05/2013 à 17h16

Je pense que quand ça ne va pas dans son métier il vaut avoir le courage de démissionner que de se suicider car on ne pense pas aux proches qu'on laisse dans le désarroi. Chaque métier a ses difficultés et la vie est quand même plus importante surtout quand on a des proches pour vous soutenir

12/05/2013 à 17h06

Je m'excuse pour les fautes de frappes que l'on peut lire sur ma contribution, j'espère tout de même qu'elle sera comprise.

12/05/2013 à 16h40 | 1

Perso je suis surveillante dans un collège et beaucoup d'élève non aucune éducation. Ou je suis beaucoup de professeur n'en peuvent plus. Et les parents nous le reproche quand sa va pas eh oui c forcément la faute au personnel du collège... Quand on dit au parents comment se comporte leurs enfants ils nous disent qu'on ment que leurs enfants sont adorables! Hors ce nés pas le cas... Les parents devrait vraiment faire un travail sur eux même de plus en effet ils faudrait faire un grand ménage de printemps!!

12/05/2013 à 16h30 | 2

SergeB nous ne pouvons que vous apportez notre soutien dans cette terrible tragédie... Elle est et restera dans votre cœur pour toujours vous la rejoindrez quand cela sera votre heure ne faites pas de bêtise votre famille et vos amis sont la pour vous sincères condoléances

12/05/2013 à 16h27

La vie de prof ne se résume pas aux vacances et aux journées vite finies.. Il y a une réalité : c'est un métier difficile . Toutes mes condoléances à la famille et aux proches de Nathalie..

12/05/2013 à 15h57

@JBosso: et si un inidvidu ne peut pas faire preuve d'un minimum de compassion, on fait quoi?

12/05/2013 à 15h52

Quelle tristesse...Une vie sacrifiée sur l'autel des "résultats" d'une éducation Nationale qui n'a d'éducation que le nom. Pour que la souffrance du corps enseignant ne soit pas étouffée, pour que les hiérarchies ouvrent enfin les yeux et réagisse au lieu de taper toujours, toujours sur les profs malheureux boucs émissaires d'une situation catastrophique en terme de valeurs morales...Reposez en mai, enfin, Madame...Que votre geste ne soit ni inutile ni oublié...Courage à la famille et aux proches. Mes pensées sincères vous accompagnent

12/05/2013 à 15h21 | 7

BRAVO JBOSSO...Aujourd'hui vous avez tout compris. Demain peut-être découvrirez-vous une autre vérité, la vraie , celle-là et vous regretterez amèrement d'avoir "JUGE" comme vous le faites. Je ne vous souhaite aucun mal mais juste qu'une légère honte vous traverse l'esprit. Tous ces enfants qui viendront avec une rose blanche pour l'amour de Nathalie vous feront réfléchir, je l'espère pour vous. SergeB

12/05/2013 à 15h19 | 2

JBosso, j'aimerais que vous vous retrouviez dans une telle classe!! Les enseignants choisissent ce métier pour transmettre un savoir et faire progresser les élèves.... pas pour les dompter, faire de la discipline et leur inculquer la politesse. Si l'on renvoyait systématiquement les perturbateurs, ils ne feraient pas le malin. Vos propos sont honteux!!

12/05/2013 à 15h08 | 10

Merci à tous et à toutes pour votre soutien. Vous qui savez ce qui se passe dans ces/ce collèges, n'oubliez pas Nathalie. Que son geste ultime serve de leçon. La peine, la douleur, le calvaire restera pour ses proches mais il sera jamais à la dimension de celui de Nathalie. Je l'aimais plus que ma vie et mon plus grand souhait est de la rejoindre. Vous serez avec elle en pensée, je serai près d'elle pour l'accompagner. Je lui dirai votre amour, votre sympathie, votre compréhension, votre grande peine. Je lui dirai la honte de certains. Mais rien ne la ramènera ici bas. Je t'aimais mon "chouchou"; Serge

12/05/2013 à 15h06 | 1

JBosso En général les élèves qui "mettent le souk" comme vous le dites, dans une classe,le mettent aussi dans les autres classes. Cette enseignante n'était pas titulaire, à priori pas soutenue pas sa hiérarchie, et avait peur de se faire renvoyer, n'étant protégée par rien, ce qui est le comble ( mais qui n'a pas l'air de vous déranger). Si vous trouvez que ce n'est pas le monde à l'envers, je ne vous félicite pas. En quoi un enseignant doit-il " tenir" sa classe? C'est quoi cette nouvelle manière de faire dans l'EN???? C'est "l'élève -roi"? Il fait ce qu'il veut? Et on trouve qu'une enseignante cultivée,bien élevée , " ne sait pas tenir sa classe" selon l'expression consacrée. Je crois qu'elle était "trop" bien, ne confondons pas être quelqu"un de "bien" avec quelqu'un de " fragile" SVP arrêtez les amalgames. Il ne faut pas s'étonner si les enseignants titulaires font de l'absentéisme. Pourquoi s'investir dans un système si perverti? J'ai bien peur que tout ceci s'accentue hélas.....l'avenir est aux loubards en tout genre Qu'ils continuent donc à jeter les chaises par les fenêtres Et bravo à la magnifique direction ( pourquoi pas pendant qu'on y est)

12/05/2013 à 14h31

Mes sincères condoléances à la famille de cette enseignante. Ces situation sont devenue monnaie courante et sont insupportable. Et si pour une fois des voix s'élevaient pour faire savoir aux enfants qu'ils sont responsables de cet évènement ? A force de protéger les têtes blondes ils se sont auto investis de tous les pouvoirs, maintenant qu'ils commencent à apprendre à assumer . . . Un jour , ils connaîtront eux aussi la douleur de perdre un être cher, faudra t-il ce jour là que les pouvoirs publics mettent en place une cellule psy pour les aider ? Oui j'exagère mais remettons les pieds sur terre, on ne peut pas vivre la vie de nos enfants en les mettant a l’abri de toutes difficultés ou problèmes. A force de parler des droits des enfants, plus personne n'a pris le temps de leur parler de LEURS DEVOIRS au sein de cette société qui est celle qu'ils se construisent ! ! !

12/05/2013 à 14h20 | 1

Si un enseignant ne peut pas tenir une classe, il n'a pas sa place dans ce métier. Les mêmes élèves qui mettent le souk dans une classe la mettent pas dans une autre. Et pourquoi ? Considérer que le prof n'est jamais en cause, c'est ce qu'on fait dans ce pays depuis des années et cela donne les résultats qu'on voit. Un type dans une PME qui ne fait pas ce qu'on lui demande n'y reste pas. Pour l'école ça doit être pareil. C'est parce qu'on le fait pas qu'on a ces situations extrêmes.

12/05/2013 à 14h19

L'inspection académique utilise des néologisme comme "valoriser l'élève" alors que c'est un bon à rien juste capable de voler et dealer dans la rue. En politique on utilise les mêmes mots comme "le vivre ensemble", "la tolérance", bla bla, alors que les vrais sont incapacité à s'adapter, choc des cultures, inassimilation. Cette femme est morte, d'autres comme à Marseille se font tuer d'un coup de couteau. Vous connaissez les responsables. il faut donc soigner la cause pas les conséquences.

12/05/2013 à 14h00

société en déliquescence depuis des décennies dans tous les domaines ! nous sommes tous responsables et complices de la dérive de notre jeunesse ; drogues, alcools, violences ....... s'occuper des jeunes aujourd'hui reléve du sacerdoce et de temps en temps des fusibles sautent ! que c'est triste ..........est on maître de l'avenir où sommes nous arrivés au point de non retour ?

12/05/2013 à 13h32 | 3

C'est dramatique, en effet. Le suicide n'est pas un choix, mais une absence de choix. On se plaint après des dérives de la société mais tout commence dès l'école primaire car les moyens de sanctionner et de se faire respecter disparaissent . Paix à cette enseignante.

12/05/2013 à 13h27

Ça donne pas envie d'etre prof

12/05/2013 à 13h13 | 3

Qui peut me dire pourquoi dans les années 70 maxi 80, on ne trouvait pas ce genre de problème ? non seulement, on s'avisait pas à rétorquer un seul mot aux profs,donc les menacer avec un ciseau (meme pas en reve...) mais si en plus on se plaignait d'un prof aux parents, on prenait le reste. Que s'est il passé entre 30 ans ?.......la réponse est dans la rue, avant d'etre à l'école. Depuis des décennies, nos politiques nous entrainent vers la décadence en envoyant eux memes un message de laxisme et d'indifférence face aux problèmes CONCRETS des français. Que cette jeune dame (qu'on aurait pu aider avec une autre politique...) REPOSE EN PAIX.

12/05/2013 à 13h07 | 1

elle a eu la chance d'enseigner a toutes ces "chances" pour la France... Le laxisme des pouvoirs publics nous a amene dans cette situation... La revolte gronde...

12/05/2013 à 12h26

- en tirent elles !

12/05/2013 à 12h22 | 1

Tous ceux qui sont un peu fragiles ne se suicident pas. D'avoir la conscience tranquille et d'être obligé de se justifier est traumatisant car le mal est fait. On ne peut que souhaiter que toutes les personnes qui ont contribué à son harcèlement en tirent - eux ! - une leçon pour s'arranger avec leur conscience. Certains, par leur comportement, sont des manipulateurs, parfois à leur insu, et peuvent vous persuader que vous n'êtes pas quelqu'un de bien.

12/05/2013 à 12h15 | 1

C'est les enfants avec les parents qui devraient consulter , un enfant qui menace d'un ciseau ou qui fait voler des chaises par les fenêtres , sont probablement en dis fonctionnement .

12/05/2013 à 11h52

C'est trop triste vraiment je ne trouve pas les mots... Honte au ministère qui est l'unique responsable. Condoléances très sincères aux proches.

12/05/2013 à 11h36

au fait "ciao paypay" Trouvez-vous normal qu'un élève jette par la fenêtre une chaise? Vous pensez qu'il faut faire venir un Inspecteur pour "mettre les choses au clair et évaluer la situation?" Cette personne sans aucun doute comme vous dites n'allait pas être mangée, mais elle était déprimée dans un environnement déprimant. Ce n'est pas un "psy" qui change l'absurdité du système.

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur notre politique de cookies.